Les pubs “bien manger” qui dérangent le métabolisme de ma fille de 6 ans

“Maman, ce matin je ne veux pas manger d’oeuf parce que c’est salé et la télé dit qu’il faut pas manger trop salé, tu me fais une tartine?”
…….

A la maison on ne regarde pas souvent la télévision. On a un système de Vidéo on Demand pour éviter de regarder la télé parce qu’on n’aime pas regarder les infos et être forcés à regarder autant de publicité. Mais le weekend, il est vrai qu’on savoure nos matinées paresseuses avec les Zouzou et TFou en fond… Et les programmes nutrition santé qui vont de paire. Et bah je peux vous dire que ça fonctionne:
“Maman, ne mets pas de beurre dans la poêle, c’est pas bien pour la santé le gras!”
“Maman je veux pas manger de jambon, c’est salé le jambon c’est vraiment pas bien pour mon corps.”
“Maman pourquoi on boit pas de lait de vache? C’est très important pour que je devienne fort!”

Ce weekend, entre Caliméro et les Cité d’or on a vu une pub où un chou devient hyper gros parce qu’il a “mal mangé”. Résultat? “Maman, le chou c’est pas bon pour la santé”.

Grrrrrr…

Ces messages ont pourtant l’air bien, non? Manger 5 fruits et légumes, ne pas manger trop de sucre, bouger beaucoup,… mais au final, je trouve que chez nous, ils donnent le résultat inverse à ce que nous recherchons. Déjà ils contournent mon autorité parentale parce que si ça passe à la télé, c’est forcément plus vrai que ce que disent papa et maman.
Sauf que ma fille, qui n’a que 6 ans, n’arrive pas à se servir de ce genre d’informations. Elle ne sait par exemple pas ce que veut dire “trop” et se base sur ses propres expériences; “Trop”, ça veut dire “jusqu’à ce que ça devienne inconfortable”. En gros, “trop de sucre” ça n’existe pas, le sucre c’est trop miam. Par contre “trop de salé”, ça existe parce qu’elle n’aime pas le brocoli.

Et le conseil de manger “5 fruits et légumes”? Bien sûr il ne s’agit que d’une indication… mais les enfants ne reconnaissent pas ce genre de nuances. 5 fruits et légumes, ça veut dire 500 gr. de fruits et légumes, ça pourrait être une pomme au petit déjeuner, du céleri au déjeuner, des carottes au dîner, des épinards quelque part dans un repas,… Sauf que ma fille, c’est un enfant de six ans qui, par définition n’aime pas beaucoup de légumes. Qu’à cela ne tienne on va lui faire manger plus de fruits; une pomme, une banane, un kiwi, 10 cerises et 1 orange… bah moi je trouve que ça fait un peu beaucoup pour son petit ventre. Je préfère qu’elle mange ce qu’elle veut en fruits et légumes. Que ça soit 1/2 carotte ou 3 pommes, je ne mets aucune limite et elle me le rend bien; elle s’autorégule au sujet des légumes.

Après il y a les superbes “dépense toi bien” (avec tout ce qu’elle court dans la cour d’école,… ça va quoi) et le “évite de grignoter entre les repas” (bah pourquoi?!!!) sur lesquels je n’ai même pas envie de m’attarder.

En gros, je n’aime pas ces messages sanitaires. Déjà parce que je n’aime pas les “il faut” et “il ne faut pas” qui n’ont jamais été efficaces; les camps de “bonne” et “mauvaise” nutrition dans lesquels commencent les obsessions nutritionnels, les culpabilités face aux écarts, la décomposition de nourriture en nutriments…
Puis parce qu’ils ne collent pas avec les régimes particuliers que certaines familles peuvent avoir choisi de pratiquer à la maison (végétarien, crudivore, Paléo…).
Mais surtout parce que le message reste très vague et difficile à comprendre pour un enfant et impose des règles inutiles. Si la nourriture proposée dans nos magasins était saine, aucun enfant n’aurait “besoin” de ces messages. Il connaîtrait naturellement les bienfaits de ce que sa famille lui fait manger. Pourquoi lui permettre d’acheter des brioches, des friandises, des sodas pour après lui retourner le cerveau en lui disant qu’il ne “faut pas”?

Pour moi, la nutrition ne devrait pas être une règle apprise au détour de deux dessins animés. Elle devrait être passée de façon naturelle au sein d’une famille. Et si le gouvernement avait vraiment envie d’améliorer la nutrition de nos enfants? Ils pourraient commencer par mener une réelle guerre envers la malbouffe. Mais là,… on part dans une discussion qu’on reprendra un autre jour.

Advertisements

5 thoughts on “Les pubs “bien manger” qui dérangent le métabolisme de ma fille de 6 ans

  1. Fabien Blot says:

    C’est fou mais meme en regardant peu la télé comme vous le faîtes et comme nous le faisons nous aussi à la maison, nous sommes tout de même touchés par cette désinformation.
    Sympa ton blog 😉

  2. pcpmom says:

    Et encore tu n’as pas à lutter avec 20 ados déchainés à qui tu es sensée faire un cours sur les “principes d’une alimentation équilibrée”… Des fois il me prend l’envie de faire assurer les cours par ceux qui pensent les programmes télé pour enfants…

  3. jefaismaison says:

    Moi aussi ca m’horripile ces messages TV hyper hypocrites, par exemple on voit une pub pour des barres chocolatées ou autre friandise, et en dessous un message “éviter de grignoter entre les repas”, on n’a pas peur du ridicule de la contradiction ! En plus le problème n’est pas tant le grignotage à proprement parler mais le contenu de ce qu’on grignote… Mais comme tu le dis, les enfants sont réceptifs à ce qui pour eux vient d’une “autorité”. .

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s