Cinq aliments Paléo qui m’ont beaucoup surprise

Quand j’ai commencé à changer ma nutrition pour suivre des directions plus Paléo, je me focalisais sur les aliments qui allaient me manquer: le pain, le chocolat blanc, le riz cantonnais,… Mais je n’avais pas fait attention au fait que le Paléo préconisait la cuisine avec certains ingrédients qui souffrent d’une très mauvaise pub dans notre société. Je me voyais déjà damnée à grignoter des carottes et des laitues pour le bien de ma santé.
Que nenni! Voici cinq aliments que j’ai introduit dans ma cuisine en y rajoutant un énorme sourire.
1. Les sardines
De vrais bombes, les sardines contiennent une dose incroyable de minéraux surtout si on les mange en boites car elles restent entière. Du coup on mange toute la sardine: jusqu’aux os.
Un des rares aliments qui contient de la vitamine D, on peut bien joyeusement se faire une overdose de sardine l’hiver, on n’en tirera que du profit.
Mais surtout, les sardines sont grasses! Ces fameuses Omega 3 qui nous manquent dans notre régime? On les trouve massivement chez les sardines. Petit bonus des sardines: elles font partie des poissons les plus gentils pour l’environnements. Peu pollués et très loin de l’extinction, les scrupules peuvent disparaître allaigrement.

2. Les oeufs
Je pourrais vous écrire un livre entier au sujet des œufs. Jusqu’à il y a un an, je ne mangeais jamais plus d’un œuf par semaine et maintenant j’en suis à une moyenne de 25 oeufs par semaine. La vague parano au sujet du cholestérol se calme petit à petit et de plus en plus de médecins suivent les études récentes qui confirment la qualité nutritionnelle des œufs.
Le blanc d’oeuf est un champion de protéines et le jaune d’oeuf nous fournit des nutriments des plus intéressants: anti-oxidants, vitamines, graisses,…
Bien sûr on parle ici de oeufs de poules élevés en liberté. Pas de plein air mais en liberté!

3. Le beurre
Les puristes Paléo fronceront les sourcils car le beurre est un produit laitier mais il semble tout de même plutôt pauvre en protéines laitières et plutôt riche en vitamines et surtout en béta carotène. J’ai également cru comprendre que plus un beurre est orange, plus il y a de la béta carotène et plus moi je suis heureuse car je brûle tellement rapidement au soleil que j’en ai plus que besoin. C’est pour cela que je choisis délibérément de rajouter ce produit laitier dans mon régime Paléo.
Le beurre le plus sain est le beurre de vaches qui se nourrissent à l’herbe, bien sûr, même si ceci est dur à trouver en région parisienne. Et la façon la plus saine de le manger est cru mais un bon steak cuit dans du beurre local… comment y résister!

4. Les jus
Je pensais toujours que les jus étaient mauvais car
– jus de fruits = sucre sans fibres donc maaal!
– jus de légumes = complètement inutiles car vidé de leurs nutriments à cause du procédé de la machine à jus
Sauf qu’en me renseignant je me suis rendu compte que les jus c’est extra! Je vous en ai déjà parlé dans un billet mais les jus font maintenant partie des plaisirs de notre famille. Après deux semaines d’appréhension je me suis même mis au jus de légumes.

5. Le chocolat et le café
Je n’ai jamais aimé le café ni le chocolat noir mais depuis que je mange un bon morceau de chocolat noir avant de boire mon café, ça passe comme une lettre à la poste.
Les deux aliments sont sains et en les combinant je me suis créé un boost quotidien qui finit bien mon petit déjeuner. Le café stimule le mouvement des intestin et la performance cognitive, est plein d’anti-oxidants et protège le foi. Le chocolat noir est plein de magnésium et de fer et rajoute une couche d’anti-oxidants. Et n’oublions pas qu’il y a du beurre de cacao dans le chocolat noir et que mon credo veut que La Graisse C’est La Vie.
Je sais que ces deux aliments, comme tous les aliments addictifs, sont à consommer avec considération mais comme mes papilles gustatives ne sont toujours pas tombés éperdument amoureux du café ni du chocolat, je m’en tiens à une dose par jour. Et ma dose est de provenance localement française, mon petit plus du jour.

M’informer au sujet de ces cinq aliments m’ont créé le plus d’étonnement car je me suis rendu compte à quel point j’étais mal informée. Maintenant que mes sources d’informations sont autre que les magazines féminins et maintenant que j’écoute plus mon corps et que j’accuse réception aux bienfaits que je ressens en mangeant ces aliments, le tir est rectifié.

Et vu les bienfaits de ces aliments, je me dis que ce n’est plus qu’une question de temps pour que j’évolue en superhéros!

N’oubliez pas: vous pouvez suivre mes aventures au quotidien grâce à ma Page Facebook!

Advertisements

4 thoughts on “Cinq aliments Paléo qui m’ont beaucoup surprise

  1. Alexandre says:

    Bonjour Ilse, j’ai une question sur les oeufs de poules “élevées en liberté” vs “élevées en plein air”. Est-ce uniquement une question d’étique ou également de nutrition ?

    • Ilse says:

      Bonjour Alexandre et désolée de la réponse tardive.
      Déjà, les appellations “liberté” et “plein air” n’assurent aucunement le traitement des poules. Les poules en “plein air” peuvent tout à fait être des poules de batterie avec un toit aéré, de ce que j’en ai compris. Ainsi que les poules en “liberté” peuvent être des poules sur un terrain goudronné sans aucune verdure.

      C’est triste mais ces labels ne sont pas des labels très idicateurs.

      Du coup, je pense que vous devancez ma pensée: si ces labels sont tellement vague quant au traitement qu’ils offrent aux poules, je n’imagine pas ce que ceci indique quant à l’alimentation des bêtes. Aucun moyen de contrôler.

      Il en est d’ailleurs de même pour les oeufs “bio” qui ne veulent pas dire grand-chose.

      La meilleure façon d’avoir un bon oeuf venant d’une poule joyeuse et bien nourrie, c’est d’aller chez un agriculteur local ou de cultiver ses poules soi-même…. Un rêve chez nous, en attendant que celui-ci se réalise!!

  2. claude-Eve says:

    Bonjour, concernant les jus de légumes et de fruits, il serait préférable de faire des lectures scientifiques avant décrire ce genre de commentaire. Je suis nutritionniste et fermement pro paléo et alimentation vivante. Aucun de mes cours aux états unis ou ici au Canada n’ont moindrement cité que les jus étaient mauvais, encore moins que les centrifugeuses enlevait les propriétés des fruits. De plus le beurre reste un élément transformé donc pas dans la bonne gamme du paléolithique. en plus que les produits laitiers ne devraient pas être consommé par l’être humain dû au fait qu’il augmente le nombre de lymphocytes dans le sang, il contient très peu de beta carotène. ou alors il faut en ingéré une quantité énorme pour avoir une quantité nécessaire. Est ce que vous êtes en train de me dire que finalement ont devrait prendre plus de beurre au lieu de se faire un bon jus de carottes?

    • Ilse says:

      Bonjour Claude-Eve et désolée pour ma réponse tardive. Le beurre, le beurre, vaste sujet Paléo. Je ne suis qu’une simple Maman Paléo qui mène une vie active dans laquelle le style de vie Paléo est un guide au quotidien et non une structure absolue. J’en suis encore aux débuts, j’apprends encore beaucoup.

      Une chose que je peux vous dire, c’est que fort heureusement dans notre amille nous ne souffrons pas d’allergies alimentaires et pouvons nous permettre de transgresser dans les zones “grises” du style de vie Paléo. Le beurre se situant dans cette fameuse zone grise, comme le café, le chocolat, l’alcool,… Consommé en quantités modérée (la modération, reine de tout style de vie raisonnable), il est considéré par beaucoup de fans de Paléo comme étant “acceptable” de temps à autre.

      J’en ai d’ailleurs parlé dans un de mes billets précédents “Le Beurre c’est Pas Paléo”.

      Bon nombre d’aliments transformés sont utilisés dans la cuisine Paléo comme le vinaigre ou le bicarbonate de soude, qu’on ne trouvera jamais en tant que produit brut dans la nature alors que leurs bienfaits est incontestable. Les produits laitiers sont en effet fortement déconseillés mais comme à la maison nous pratiquons la règle du 80%, ou un minimum de 80% de notre alimentation est paléo, il se peut que parfois nous rajoutons du beurre, voire même un peu de fromage dans certains plats. La farine de sarazin remplace la farine de chataigne qui, malheureusement, ne rentre pas dans notre budget. D’autres exemples peuvent être cités.

      N’oublions pas que le style de vie Paléo n’est pas un régime absolu. Les ouvrages que j’ai pu lire à ce sujet sont assez claires: les transgressions sont ok tant qu’elles restent dans la modération et que la qualité de l’aliment est pris en compte. Le beurre que nous consommons est un beurre de baratte fait à base de lait de vache nourris à l’herbe chez un petit producteur local. Pas de sous-beurre du supermarché chez nous!

      Si nous étions des puristes, ce que je n’espère pas, on pourrait dire que je ne suis pas Paléo mais Primal. Malheureusement cette étiquette de “Primal” n’est pas encore réellement traduite en français et ne parle à personne. Je préfère me dire Paléo et suivre ce style de vie en gardant en tête qu’ici, en France, trouver des produits qui me permettent de vivre Paléo à 100% dans le commerce proche de chez moi… et bien ce n’est pas facile. Je fais des transgressions et je les assume. Je préfère ne pas me stresser sur de petites transgressions comme celles-ci en me disant que nos ancêtres en faisaient de même, comme ils n’avaient pas encore établi toutes ces règles que nous suivons aujourd’hui.

      Quant aux centrifugeuses, justement, nous avions fait nos recherches et préféré l’extracteur de jus parce que bon nombre de sites paléo recommandaient des extracteurs à froid car les centrifugeuses produisaient trop de chaleur et compromettaient la valeur nutritive des légumes. Maintenant mon mari a arrêté sa purge de jus et est repassé à une alimentation normale car comme vous le dites, plus on transforme un aliment, moins on en tire les bienfaits et un jus est quand-même un légume transformé dont nous n’absorbons pas les fibres! D’ailleurs peu importe quel site, livre ou autre ouvrage paléo recommande d’éviter les jus de fruits car le taux de sucre est bien trop élevé. Manger un fruit sans ses fibre ne sert à rien sauf à jouer avec l’insuline. Le fibre des fruits sert à réguler cette absorption du sucre.

      Mais comme vous avez la chance de vivre dans un pays comme le Canada, où le Paléo est a priori enseigné (je vous envie) je n’ai rien à vous apprendre, toutes ces informations sont pour les lecteurs qui n’ont pas cette chance.

      Je vous souhaite une bonne continuation dans vos études et merci de votre contribution!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s